Accueil » Bulletin » Février 2021

Février 2021

Devrions-nous réellement irradier autant de plaquettes?

Dana V. Devine, PhD FCAHS
Experte scientifique en chef, Société canadienne du sang, et directrice, Centre de recherche sur le sang de l’Université de la Colombie-Britannique

L’irradiation des concentrés de plaquettes a pour but d’empêcher les globules blancs résiduels de l’unité de se répliquer. L’irradiation provoque des lésions de l’ADN, notamment des cassures de brins simples ou doubles, des réticulations entre l’ADN et les protéines ainsi qu’une oxydation. Ces dommages à l’ADN suffisent à empêcher la réplication des cellules. La plupart des unités de plaquettes sont irradiées à une dose de 25 Gy (Gray), ce qui correspond à 2500 rad ou 25 joules par kilogramme. Il s’agit d’une mesure qui ne prend pas en compte l’effet biologique de la dose de rayonnement.  
 
Les normes relatives aux globules rouges reconnaissent clairement que l’irradiation cause des dommages aux membranes cellulaires des globules rouges, ce qui réduit la période de stockage autorisée après l’irradiation. Cependant, nous n’avons pas de limites de stockage spécifiques pour les concentrés de plaquettes qui ont été soumis à l’irradiation. Depuis l’avènement des technologies d’inactivation des agents pathogènes, l’exposition des plaquettes à l’irradiation suscite plus d’attention, car tous les produits sont maintenant exposés aux rayons ultraviolets dans le cadre du processus d’inactivation des agents pathogènes (IP). On a déterminé que cette exposition causait certains dommages aux plaquettes, ce qui a mené à des études sur l’impact de l’irradiation gamma sur les concentrés de plaquettes. La littérature soutient généralement que l’irradiation gamma ne provoque pas le même niveau de perte de qualité des plaquettes que l’irradiation UV utilisée dans l’IP, mais certains rapports font état d’une augmentation de la génération d’espèces d’oxygène réactif suite à l’irradiation gamma et de l’accélération des lésions associées au stockage des plaquettes. Les plaquettes irradiées ont tendance à avoir un pH et un score morphologique plus bas que les plaquettes non irradiées, ce qui reflète certains dommages causés par l’exposition aux rayons 1,2. Notre laboratoire a observé des changements similaires des paramètres de qualité des plaquettes et du métabolisme plaquettaire causés par l’irradiation des plaquettes de la Société canadienne du sang.
 
D’autres ont signalé des effets négatifs sur l’efficacité de la transfusion provoqués par l’irradiation, surtout si cette dernière est effectuée au début de la période de stockage3,4,5.
 
En conséquence, dans l’ensemble, même s’il faudra irradier des plaquettes pour certains patients, cela devra se faire peu avant la transfusion si l’on veut minimiser les dommages causés aux plaquettes. Les politiques voulant qu’on irradie tous les produits plaquettaires à leur arrivée à la banque de sang réduiront probablement la qualité de ces plaquettes et rendront les transfusions moins efficaces.

  1. Marrocco C, D’Alessandro A, Girelli G, Zolla L. Proteomic analysis of platelets treated with gamma irradiation versus a commercial photochemical pathogen reduction technology. Transfusion 2013;53:1808–1820.
  2. Nodeh FM, Hosseini E, Ghasemzadeh M. The effect of gamma irradiation on platelet redox state during storage. Transfusion (sous presse) DOI: 10.1111/trf.16207
  3. Slichter SJ, Davis K, Enright H et coll. Factors affecting posttransfusion platelet increments, platelet refractoriness, and platelet transfusion intervals in thrombocytopenic patients. Blood 2005;105:4106–4114.
  4. Slichter SJ. Platelet transfusion therapy. Hematol Oncol Clin North Am. 2007;21:697–729.
  5. Julmy F, Ammann RA, Fontana S et coll. Transfusion efficacy of apheresis platelet concentrates irradiated at the day of transfusion is significantly superior compared to platelets irradiated in advance. Transfus Med Hemother. 2014;41:176–181.

Inscription maintenant ouverte:

April 14th: 16th Annual TM Education Web Conference

April 30th: Ontario’s First Recommendations for Massive Hemorrhage Protocol Virtual Symposium


Thrombopénie fœtale et néonatale allo-immune (TFNAI)

Gwen Clarke, MD, FRCPC
Directrice médicale adjointe, Services cliniques Société canadienne du sang

 

La thrombopénie fœtale et néonatale allo-immune (TFNAI) est une cause rare et parfois grave de thrombopénie affectant un fœtus ou un nouveau-né dans les premiers jours de sa vie. Il s’agit d’une thrombopénie immunitaire qui se produit lorsque les anticorps antiplaquettaires maternels se développent, passent à travers le placenta et se lient aux plaquettes et aux mégacaryocytes du fœtus, entraînant une élimination des plaquettes et une diminution de la production de plaquettes.

La physiopathologie de ce trouble est semblable à celle de la maladie hémolytique du fœtus et du nouveau-né. Une mère est exposée à des antigènes plaquettaires humains (HPA) hérités du père et exprimés sur les plaquettes du fœtus ou d’autres tissus. En réaction à ces antigènes, la mère développe des anticorps anti-HPA qui traversent ensuite le placenta où ils peuvent se fixer aux plaquettes et aux mégacaryocytes du fœtus. Contrairement à la maladie hémolytique du fœtus et du nouveau-né, la TFNAI peut survenir pendant une première grossesse, puisque l’allo-immunisation peut se produire en tout début de gestation.

Après la fixation des anticorps, la clairance plaquettaire peut entraîner toute une série de présentations cliniques chez le nouveau-né, allant de la thrombopénie asymptomatique à des saignements légers accompagnés de pétéchies ou d’ecchymoses ou à des saignements graves et des hémorragies intracrâniennes.
 
Les antigènes plaquettaires humains (HPA) sont exprimés sur des glycoprotéines plaquettaires. Les antigènes cliniquement significatifs sont regroupés en 11 groupes d’antigènes antithétiques appelés HPA1a/1b, HPA2a/2b, etc. Les anticorps les plus courants sont ceux dirigés contre le HPA 1a; ils apparaissent chez les femmes enceintes qui ont le HPA de type 1b/1b alors que le HPA du fœtus est de type 1a/1b. D’autres anticorps HPA peuvent également être impliqués, bien que moins fréquemment. L’origine ethnique peut également avoir un impact sur les antigènes HPA les plus susceptibles de provoquer une allo-immunisation.

Même si jusqu’à une (1) femme de race blanche sur 50 peut avoir le type de plaquettes HPA1b1b, seulement 1 sur 400 développe des anticorps anti-HPA 1a. Même parmi celles qui ont des anticorps, seulement 1 grossesse sur 1 500 provoque une thrombopénie grave et un nombre encore plus faible (~1 sur 10 000) grossesses sont touchées par une hémorragie intracrânienne. Le développement des anticorps et la gravité de la thrombopénie sont liés à un type d’antigène particulier (HLA-DRB3*01:01). Sans ce type d’antigène, la formation d’anticorps est rare. Le dépistage de ce type d’antigène chez les femmes connues pour avoir le type HPA 1b1b peut aider à déterminer le risque de thrombopénie grave.

Même si jusqu’à une (1) femme de race blanche sur 50 peut avoir le type de plaquettes HPA1b1b, seulement 1 sur 400 développe des anticorps anti-HPA 1a. Même parmi celles qui ont des anticorps, seulement 1 grossesse sur 1 500 provoque une thrombopénie grave et un nombre encore plus faible (~1 sur 10 000) grossesses sont touchées par une hémorragie intracrânienne. Le développement des anticorps et la gravité de la thrombopénie sont liés à un type d’antigène particulier (HLA-DRB3*01:01). Sans ce type d’antigène, la formation d’anticorps est rare. Le dépistage de ce type d’antigène chez les femmes connues pour avoir le type HPA 1b1b peut aider à déterminer le risque de thrombopénie grave.

Par exemple, un type de HPA 1b1b maternel associé à un type de HPA 1a1a paternel et une immobilisation de l’antigène plaquettaire 1a par les anticorps anti-HPA maternels constituerait un schéma diagnostique typique. Le diagnostic est généralement confirmé à l’aide d’un test qui identifie directement la réactivité entre les anticorps maternels dans le sérum et les plaquettes paternelles, comme par technique MAIPA (Monoclonal Antibody-specific immobilization of Platelet Antigen).

Comme il n’existe pas de programme de dépistage prénatal systématique des anticorps antiplaquettaires, un traitement prénatal est généralement proposé aux femmes dont le fœtus ou le nouveau-né a déjà été atteint. L’immunoglobuline intraveineuse est considérée comme un traitement de première ligne pour la prévention de la thrombopénie ou des hémorragies dues à la TFNAI. Des lignes directrices de l’ICTMG récemment été publiées décrivent la sélection des patientes et le calendrier de traitement (www.ictmg.org)

Après l’accouchement, des plaquettes peuvent être transfusées aux nouveau-nés pour maintenir une numération plaquettaire supérieure à 30 X 109/L. Le produit plaquettaire optimal dans cette indication est formé de plaquettes HPA compatibles (négatives pour l’antigène HPA correspondant à l’anticorps maternel). Si des plaquettes d’aphérèse HPA compatibles ne sont pas en stock, des mélanges de plaquettes aléatoires permettront probablement d’atteindre l’hémostase et devraient être transfusés en attendant l’arrivée de plaquettes HPA compatibles.

La Société canadienne du sang (SCS) collecte régulièrement et garde en stock des plaquettes d’aphérèse HPA1b1b afin d’en garantir la disponibilité pour un usage urgent chez les nouveau-nés atteints de TFNAI en raison de l’anti HPA-1a. Des donneurs ayant d’autres génotypes HPA peuvent être recrutés pour soutenir les transfusions de plaquettes chez les nouveau-nés atteints de TFNAI liée à d’autres anticorps.

La Société canadienne du sang (SCS) collecte régulièrement et garde en stock des plaquettes d’aphérèse HPA1b1b afin d’en garantir la disponibilité pour un usage urgent chez les nouveau-nés atteints de TFNAI en raison de l’anti HPA-1a. Des donneurs ayant d’autres génotypes HPA peuvent être recrutés pour soutenir les transfusions de plaquettes chez les nouveau-nés atteints de TFNAI liée à d’autres anticorps.

Vous pouvez obtenir des renseignements complémentaires sur le contexte, le diagnostic et le traitement de la TFNAI ainsi qu’une liste de références connexes sur le site Web du développement professionnel de la SCS : https://profedu.blood.ca/fr/transfusion/best-practices/depistage-et-prise-en-charge-de-la-thrombopenie-foetale-et-neonatale-allo


Événement à venir:

February 25th: Fetal-Neonatal Alloimmune Thrombocytopenia (FNAIT) presented by Dr. Lani Lieberman and Ms. Lynette Beaudin.