septembre 2017

Le point sur la redistribution provinciale :

changements en vue!

Auteure : Tracy Cameron, Coordonnatrice régionale de projet, RRoCS

Avec l’arrivée prévue des nouveaux conteneurs d’expédition isothermes de la Société canadienne du sang, les hôpitaux ontariens se préparent aussi à modifier la façon dont ils expédient les composants et produits entre les établissements et dont ils les acheminent au bloc opératoire ou à l’Urgence.

  

La SCS a annoncé au début de 2015 qu’elle allait mettre en service un nouveau conteneur à configuration unique qui convient en toutes saisons, qui permettra d’expédier plus de produits aux hôpitaux et d’éliminer la glace carbonique comme réfrigérant des produits congelés. Ce changement s’accompagne d’une restriction : les hôpitaux ne pourront pas se servir du nouveau conteneur pour le transfert ou la redistribution de produits, puisque le préconditionnement des plaques qui maintiennent la température se fait en deux étapes et exige un équipement spécialisé. Les hôpitaux sont invités à continuer de se servir des conteneurs J82 pour expédier les globules rouges (culots globulaires) et les produits sanguins réfrigérés et à prendre des conteneurs E38 pour expédier des plaquettes et des produits sanguins à température ambiante s’ils veulent les redistribuer, les transporter à des unités de soins ou les envoyer avec un patient à un autre établissement. La SCS continuera à fournir ces conteneurs que les hôpitaux pourront commander tout comme ils commandent des produits. La SCS ne soutiendra plus cependant la validation de ces conteneurs.

  

À quoi les hôpitaux peuvent-ils s’attendre dans le cadre du programme de redistribution et de l’envoi de composants et de produits avec un patient?

  

Le RRoCS s’est associé à deux hôpitaux pour valider les conteneurs d’expédition J82 et E38 à différentes températures qui imitent les conditions thermiques pendant le transport. Les conteneurs sont soumis à des températures très chaudes (35 à 40 °C), à des températures dites ambiantes (19 à 25 °C), à des températures fraiches (1 à 6 °C) et à des températures très froides (-30 à -35 °C). Les données obtenues détermineront la durée de maintien d’une température acceptable pour l’expédition de composants et produits sanguins dans des conteneurs remplis au minimum ou au maximum.°

  

Pendant la validation, des questions ont été soulevées sur la configuration des conteneurs J82 et l’habitude des hôpitaux de conditionner à l’avance les blocs réfrigérants utilisés dans le conteneur. En 2016, nous avons demandé aux hôpitaux la température des congélateurs dont ils disposaient et 59 % ont répondu qu’ils utilisaient un congélateur capable de maintenir la température à -40 °C. La plupart des hôpitaux préparaient les blocs réfrigérants en les plaçant entre -25 et -40 °C. Dans un sondage plus récent, nous avons demandé aux hôpitaux s’ils avaient accès à un congélateur dont la température se situait entre -25 et -40 °C et s’ils avaient assez de place dans l’appareil pour conditionner des blocs réfrigérants. Le tableau 1 décrit les résultats du sondage. En se fondant sur ces données, on a décidé de maintenir le protocole de configuration de l’emballage, c.-à-d. préconditionner les blocs réfrigérants à des températures entre -25 et -40°C et ne pas étendre la validation à des blocs préconditionnés dans des congélateurs de température supérieure (-18 to -22 °C). Les hôpitaux qui désirent participer au programme de redistribution doivent satisfaire aux exigences quant à la température du congélateur et à sa taille suffisante au préconditionnement des blocs réfrigérants.

 

La configuration originale d’emballage de la SCS pour le conteneur J82 exigeait de préconditionner 2 blocs réfrigérants à une température située entre -11 et – 14°C, afin de maintenir l’éventail de température acceptable pendant 24 heures. Cette configuration sera légèrement modifiée, puisqu’il suffira d’un seul bloc réfrigérant préconditionné pendant au moins six heures avant son utilisation à une température située entre -25 et -40°C. Cette modification, ainsi que quelques autres changements mineurs à la configuration du conteneur, sera transmise dans la trousse de redistribution provinciale mise à jour que révise en ce moment un groupe de travail provincial.

 

Que trouverez-vous dans cette trousse?

 

Le groupe de travail révise les modèles de procédure de redistribution des composants frais ainsi que la redistribution de produits sanguins dans des conteneurs d’expédition J82 et E38. La procédure d’utilisation des contenants Golden Hour sera aussi mise à jour et incluse. La trousse comprendra un formulaire standardisé de transfert interhospitalier qui devra servir lors de la redistribution de n’importe quel produit ainsi qu’un nouveau protocole d’entente pour les hôpitaux qui participent au programme de redistribution. Le modèle de procédure d’envoi de composants et produits sanguins avec un patient à un établissement externe sera aussi révisé. Une trousse de formation est en cours d’élaboration; elle devrait aider le personnel du laboratoire à se familiariser avec le processus de redistribution révisé et à le suivre en toute confiance. La trousse devrait être publiée à la fin d’octobre ou au début de novembre 2017.

  

Il se pourrait que certains hôpitaux n’ayant pas accès à de la glace carbonique ne puissent pas participer à la redistribution de produits congelés. La SCS éliminera l’utilisation de glace carbonique pour expédier des produits congelés; les hôpitaux devront donc se servir de leur propre stock de glace carbonique s’ils veulent continuer à redistribuer des produits congelés. Le groupe de travail est conscient de la situation. Le RRoCS et la SCS en ont d’ailleurs avisé les hôpitaux lors de visites sur place.

  

Comme toujours, si vous avez des questions ou des préoccupations, n’hésitez pas à communiquer avec nous à info@transfusionontario.org

  

 

Produits sanguins et transport médical

pour soins critiques en Ontario

Auteure : Russell D. MacDonald, MD, MPH, FCFP, FRCPC, Directeur médical, ORNGE Transport Medicine

Ornge est l’organisme responsable du transport médical aérien et terrestre pour soins critiques en Ontario. Avec ses aéronefs, hélicoptères et véhicules terrestres de transport médical lourd, Ornge exécute environ 20 000 transports de patients annuellement, ce qui en fait le plus important service de transport sanitaire pour soins critiques au Canada. Une équipe paramédicale experte en soins avancés ou critiques fournit des services spécialisés et fonctionne selon un modèle de « délégation des mesures » sous la direction d’un médecin spécialiste du transport sanitaire. Les compétences de l’équipe paramédicale lui permettent de fournir des soins comparables à ceux prodigués dans une unité de soins intensifs.

 

Ornge est un intervenant clé du système de santé régional ontarien, qui donne aux patients accès en temps utile à des services spécialisés ou tertiaires. La plupart des transports ont lieu entre deux hôpitaux : on parle alors de transport « interétablissements ». Les hélicoptères d’Ornge se rendent aussi sur les lieux d’accidents et atterrissent le long d’une route, dans un champ ou en région éloignée pour transporter directement à l’hôpital un patient dont la vie est en péril en raison de ses blessures. Pour bien des gens, en particulier dans le nord de l’Ontario, Ornge constitue le seul accès à des soins médicaux complets, en raison de la distance ou de l’absence d’accès par route à des collectivités éloignées.

 

En 2016, Ornge a transfusé 570 unités de produits sanguins à 335 patients, dans des situations de choc hémorragique post-traumatique, d’hémorragie post-partum, d’hémorragie gastro-intestinale et de cancer du sang. Les appareils et les équipages d’Ornge ne sont responsables du transport d’aucun produit sanguin. C’est l’établissement demandant le transport qui remet à Ornge des produits sanguins qui sont administrés en cours de route en collaboration avec le personnel de l’établissement de départ. Ornge a adopté les pratiques du Centre des sciences de la santé Sunnybrook en matière d’administration de produits sanguins en les adaptant au transport dans un véhicule. Toute administration de produit sanguin doit être prescrite par le médecin d’Ornge responsable du transport.

 

La pénurie de produits sanguins dans bien des endroits desservis par Ornge suscite un défi particulier quand on veut répondre aux besoins du patient. Les trajets les plus longs partent du nord de l’Ontario qui compte un nombre d’appels de service beaucoup plus élevé qu’ailleurs. Bien des hôpitaux du nord de la province n’ont au mieux que peu de produits sanguins, et les postes de soins infirmiers n’en ont pas. Toutes les semaines, Ornge transporte un ou deux patients qui ont besoin de recevoir rapidement un produit sanguin, mais n’a pas de produit à leur transfuser.

 

Ornge a procédé à une analyse environnementale des organismes canadiens de transport médical pour déterminer leurs modalités d’accès à des produits sanguins. Dans quatre provinces, les organismes de transport collaborent avec la Société canadienne du sang pour qu’il y ait des produits sanguins disponibles dans leurs bases ou pour qu’ils puissent en obtenir rapidement d’une banque centrale de sang.

  

Le directeur médical d’Ornge a rencontré en juin le Réseau régional ontarien de coordination du sang pour discuter d’un partenariat visant à mettre en place un système d’échange d’information pour améliorer la traçabilité de tous les produits sanguins administrés par le personnel paramédical d’Ornge, et trouver des moyens de rendre des produits sanguins accessibles dans les bases d’Ornge du nord de la province. Ce nouveau partenariat vise à répondre aux besoins de santé des patients et à améliorer le suivi des produits sanguins administrés lors de la prestation de soins. Pour obtenir plus d’information au sujet d’Ornge ou de cette initiative, veuillez communiquer avec Troy Thompson (troy.thompson@sunnybrook.ca) ou le Dr Russell MacDonald (rmacdonald@ornge.ca).

  

 

Posted in What's New