novembre 2019

Code Orange : de la simulation à la vraie vie

Auteures : D. Neurath, gestionnaire, Médecine transfusionnelle, ALREO, établissements de L’HO
M. Tokessy, Gestionnaire régionale de secteur en médecine transfusionnelle, typage tissulaire et diagnostic moléculaire

À Ottawa, le 11 janvier dernier, un  autobus à deux étages a percuté un abribus d’une station de bus achalandée.  Sous le choc, le centre de l’étage supérieur du véhicule s’est écrasé, coinçant les passagers sur place. Trois personnes sont décédées et 23 autres ont subi de graves blessures sous l’impact.

 

En prévision de l’arrivée de victimes, le centre de traumatologie du campus Civic de L’Hôpital d’Ottawa a lancé un code Orange.

 

Pour le Service de médecine transfusionnelle (SMT), ce Code amorce une procédure comprenant la préparation de deux boîtes froides, la première contenant 10 unités de globules rouges (GR) O négatif et la deuxième contenant 10 unités de globules rouges O positif. Deux technologistes, portant des vestes rouges du SMT apportent les deux boîtes aux Urgences et fournissent du sang de donneur universel en fonction des besoins.

 

En novembre 2018, le SMT avait participé à une simulation de Code Orange en même temps que tous les autres services médicaux et de soutiens requis. D’une durée de trois heures, le scénario de simulation qui mettait en scène des victimes d’une fusillade de masse s’était déroulé aux Urgences. C’était la simulation la plus grande jamais tenue à L’HO. Des membres du personnel avaient été affectés à l’observation et à l’évaluation de l’exercice. Le débreffage de l’équipe multidisciplinaire qui a suivi a permis de cerner des lacunes et divers  éléments des procédures à améliorer. Le SMT a fourni un soutien très efficace, mais certains changements mineurs se sont révélés nécessaires : attribution au personnel du SMT aux Urgences d’un poste de travail précis doté d’un téléphone, présence de deux technologistes sur place (si la dotation en personnel du laboratoire le permet) et affectation d’un préposé au transport dont la seule tâche serait d’aller chercher et de rapporter les produits sanguins nécessaires. La procédure du Code Orange a donc été modifiée et signée par tous les membres du personnel du SMT dans la semaine suivant la simulation.

 

Deux mois plus tard, ce vendredi soir fatidique, deux technologistes portant les vestes rouges du SMT se sont installées avec leurs deux boîtes de GR à leur poste aux Urgences. Elles ont vite constaté que les unités de GR n’étaient pas les seuls produits nécessaires d’urgence : une boîte froide de plasma dégelé de groupe AB est rapidement arrivée sur place. Les deux technologistes ont travaillé sans relâche à mettre en circulation de GR et de plasma et à demander des produits de remplacement au laboratoire. La plupart des patientes étaient en âge d’avoir des enfants (<45-ans), ce qui a entraîné l’administration de bien des unités de GR O négatif. Entretemps, au laboratoire, les technologistes procédaient d’urgence aux épreuves de compatibilité, s’occupaient de dégeler le plasma, remplissaient les boîtes froides et commandaient d’autres composants et produits sanguins pour reconstituer les stocks de GR.

 

En fin de soirée, 12 victimes avaient étés transfusées. Il y avait eu 96 unités de GR, 58 unités de plasma et 10 unités de plaquettes transfusées. Une fois le Code Orange terminé, le personnel du SMT a continué à soutenir les victimes au bloc opératoire et aux Soins intensifs.

 

Ce que nous avons appris :

 

Même si la simulation de Code Orange avait fourni à l’équipe du SMT de précieuses pistes d’amélioration à la procédure, le fait de réagir aux besoins de réelles victimes nous a fait trouver d’autres façons d’améliorer la procédure. Ils font maintenant partie du Code Orange nouvellement révisé :

 

  1. Nous avons compris l’importance d’avoir du plasma AB à portée de main sans délai pendant un Code Orange. La procédure a été modifiée pour comprendre une boîte de 10 unités de plasma AB dégelé.
  2. Nous continuerons à mettre en circulation des globules rouges de groupe O sans correspondance tant que l’identité de la victime ne sera pas connue; ce n’est que par la suite que du sang de groupe spécifique sera mis en circulation pour éviter toute erreur possible (administration de mauvais sang au patient).
  3. Pour être en mesure de se réapprovisionner plus rapidement et de façon plus efficace pendant un Code Orange, nous avons décidé de nous approvisionner auprès du campus General de L’HO plutôt que du bureau local de la Société canadienne du sang (SCS). Le temps de transport est plus court, et le groupe sanguin des unités de GR qui arriveront aura déjà été confirmé dans le SIL commun.
  4. L’entrée de données est un aspect important de la procédure, car elle permet de documenter avec précision les antécédents transfusionnels du patient.

 

Notre préparation aux situations d’urgence et les simulations passées de Code Orange ont contribué à approfondir notre capacité de réagir à un grand nombre de victimes. La simulation est très utile, mais rien n’est plus efficace qu’une situation réelle pour parfaire les compétences.

 

Nous avons eu la chance de pouvoir compter sur un personnel dévoué et compétent pour aider les victimes de l’accident d’autobus. Dans la réunion de suivi au Code Orange, les membres du personnel ont exprimé toute la fierté qu’ils ont ressentie en faisant ce pourquoi ils sont formés de façon à exercer un impact direct sur la santé et la survie d’un autre être humain.



Vers un protocole d’hémorragie massive (PHM) : Mise à jour d’octobre 2019

Auteure : Stephanie Cope, Coordonnateur régionale de projet, RRoCS

 

Le 29 septembre dernier, le RRoCS a publié les premières recommandations de l’Ontario en situation d’hémorragie massive. Un panel d’experts de diverses disciplines a eu recours à une technique Delphi modifiée pour arriver à des recommandations consensuelles. Pour obtenir des renseignements complémentaires au sujet du contexte, des méthodes et des résultats, veuillez consulter l’article récemment publié dans CMAJ Open.

 

Cette approche inédite a permis de formuler 42 recommandations et 8 indicateurs de qualité qui formeront la base d’un protocole provincial standardisé à suivre dans l’ensemble des hôpitaux ontariens.

 

Nous travaillons présentement à la rédaction de la trousse d’outils qui aidera les hôpitaux à mettre en œuvre ces recommandations et paramètres de qualité. Douze groupes de travail et un comité directeur s’affairent à ce projet. Les ressources comprendront les éléments suivants : soins avant le transfert, facilitation d’un transfert hâtif, critères d’activation /de fin de protocole, formation de l’équipe, communication, analyses de laboratoire, exigences thermiques, sang et produits sanguins, matériel de formation, pédiatrie, soutien du patient / de la famille et rapports sur la qualité. La trousse abordera aussi les patientes en obstétrique, les établissements de tailles diverses et les hôpitaux dont les ressources sont limitées.

 

La trousse d’accompagnement au PHM devrait être prête au printemps prochain. Le forum semestriel du RRoCS à l’intention des comités de médecine transfusionnelle sera consacré à la publication de cette trousse. D’autres renseignements vous parviendront sous peu.

 

Il se passe des choses liées aux hémorragies massives dans votre hôpital? Nous aimerions bien avoir de vos nouvelles et même parler du travail de votre établissement dans notre bulletin! Toute suggestion pour la trousse provinciale est la bienvenue; veuillez la faire parvenir à Stephanie.cope@sunnybrook.ca.


Question – Doses de cryoprécipité et de fibrinogène du PHM pour adultes et enfants

 

Nous travaillons à la mise en œuvre de notre protocole d’hémorragie massive ; la procédure que nous proposons a soulevé certaines questions. En cas de PHM pour un enfant, faut-il inclure des plaquettes et du cryoprécipité dans la « boîte »? Le concentré de fibrinogène est-il un substitut acceptable au cryoprécipité en situation de PHM?

 

 Réponse :

 

La version finale de la trousse d’accompagnement au Protocole d’hémorragie massive de l’Ontario (PHM) est en cours de rédaction et devrait être publiée au printemps prochain. Elle contiendra des recommandations pour les grands établissements et les petits hôpitaux. Il y aura aussi une section sur la prise en charge des patients pédiatriques.

 

La trousse fournira des directives sur les composants et produits sanguins ainsi que l’acide tranexamique, le maintien de la température (prévention de l’hypothermie), le calcium, la minimisation des pertes sanguines aux points de saignement, etc.

 

Voici des renseignements et des références qui pourraient vous être utiles entretemps.

 

 Doses de cryoprécipité et de concentré de fibrinogène dans un PHM 

 

Consulter le plus récent énoncé du Comité consultatif national sur le sang et les produits sanguins au sujet de l’emploi et des doses de cryoprécipité et de concentrés de fibrinogène en remplacement du fibrinogène à l’adresse https://www.nacblood.ca/resources/guidelines/downloads/NAC_fibrinogen_concentrate_FINAL.pdf

 

Est-il nécessaire d’avoir un protocole standardisé pour aider à la prise en charge de patients en hémorragie?

 

Pour le découvrir, visionnez cette présentation des rondes de l’U de T faite par les Dres Jeannie Callum et Katerina Pavenski, affichée sur le site Web du RRoCS : http://mediasite.otn.ca/Mediasite/Play/6ce880d426a142f4a3babdfeb86ebb0a1d?catalog=fd668812-d87c-47f9-b1ba-6d979fed9af4

 

Pour connaître les recommandations des experts sur les éléments à inclure dans un protocole d’hémorragie massive, allez à :

http://transfusionontario.org/en/documents/?cat=massive-hemorrhage-protocol