mars 2019

Initiatives d’amélioration de la qualité et leur effet sur les taux d’utilisation des globules rouges et du plasma congelé

Auteur : Troy Thompson, TML, B. Sc. (Santé), gestionnaire régional, Réseau régional ontarien de conservation du sang

Une publication récente de la revue Transfusion1 souligne les grandes variations d’utilisation des globules rouges (GR) et du plasma congelé (PC) dans 62 hôpitaux communautaires ontariens (les données comprennent les unités transfusées, rejetées et périmées). L’article met aussi en évidence l’importance des initiatives d’amélioration de la qualité (AQ) et leur effet sur les taux d’utilisation des GR et du PC. Les initiatives d’amélioration de la qualité comprises dans l’étude étaient les suivantes : présence de lignes directrices sur l’utilisation des globules rouges, ensembles de demandes de produits sanguins, procédure de dépistage prospectif des demandes faites par une technologue ou toute combinaison de ces initiatives. Les taux d’utilisation ont été obtenus en se servant comme numérateur du nombre de produits acheminés à chaque hôpital (données d’expédition de la Société canadienne du sang) et comme dénominateur des jours de traitement actif de patients hospitalisés (Active Inpatient Treatment Days ou AITD, données obtenues du portail de données sur la santé du ministère de la Santé et des soins de longue durée). Cette formule prend en compte la diversité de taille et des activités liées aux patients hospitalisés entre les établissements; dans le cadre de cette étude, on a exclu les patients hospitalisés dans des établissements de santé mentale, de soins chroniques, de réadaptation, de pédiatrie, de santé mentale pédiatrique et dans les pouponnières. Les résultats du sondage obtenu auprès de chaque hôpital de l’étude ont fourni des renseignements sur toute initiative d’AQ qui avait été mise en œuvre. À l’aide d’outils d’analyse statistique, on a comparé les rapports GR/AITD et PC/AITD ainsi que l’impact de diverses initiatives d’AQ sur les taux d’utilisation.

 

Figure 1. Utilisation de globules rouges par 100 jours de traitement actif de patients hospitalisés (AITD) dans les hôpitaux communautaires ontariens* pendant l’exercice financier 2016-2017.

Faits saillants de l’étude :

  • Les taux d’utilisation des GR et du PC ont diminué entre 2012 et 2017.
  • Les taux d’utilisation des GR et du PC dans l’hôpital qui en a consommé le plus étaient dix fois supérieurs à ceux de l’hôpital qui en a consommé le moins.
  • Les hôpitaux plus petits (p < 0,05) et les établissements dotés d’au moins une initiative d’AQ (p = 0,06) étaient associés à une utilisation moins grande de PC.
  • Les établissements dotés de lignes directrices sur l’utilisation des GR (p = 0,05) et ceux où des technologues procédaient à un dépistage prospectif des demandes de transfusion (p = 0,01) avaient de plus faibles taux d’utilisation de GR.
  • Les taux d’utilisation de GR ont diminué après la mise en œuvre de lignes directrices sur l’utilisation des GR (p=0,02) et d’ensembles de demandes de sang (p=0,005).

Cette étude comporte une limite, en ce que les hôpitaux qui connaissent une proportion élevée d’activités transfusionnelles auprès d’enfants ou de patients externes peuvent avoir des rapports GR/AITD ou PC/AITD faussement élevés. Ces données peuvent servir de première étape pour déterminer si un établissement a un rapport GR/AITD ou PC/AITD nettement supérieur à celui d’hôpitaux comparables. Ces établissements qui ont des rapports d’utilisation « plus élevés » peuvent chercher s’il y a une raison valable à cette situation ou s’ils doivent mettre en place des initiatives d’amélioration de la qualité pour diminuer cette utilisation peut-être inappropriée.

 

Les résultats de cette étude soulignent l’importance de mettre en œuvre des activités d’AQ pour aider à diminuer les taux d’utilisation des globules rouges et du plasma congelé. Comme l’indiquent les résultats d’autres études2,3, la mise en place de multiples mesures d’amélioration de la qualité est plus efficace que celle d’une seule intervention. Cette étude n’a pas évalué les répercussions du suivi et du soutien des médecins qui pourraient aussi avoir un effet tant sur la mise en œuvre que sur le succès de toute activité d’amélioration de la qualité. D’autres recherches devraient porter sur les répercussions de diverses activités du genre, avec ou sans suivi et soutien médical, puisqu’il s’agit d’une variable importante de la réussite ou de l’échec d’une activité quelconque d’amélioration de la qualité.

 

Les établissements qui s’intéressent aux activités d’amélioration de la qualité relative à l’utilisation du sang et des produits peuvent se rendre sur le site www.transfusionontario.org et chercher des outils et ressources sous l’onglet Amélioration de la qualité*.

Références :

  1. Qiang JK, Thompson T, Callum J, Pinkerton P, Lin Y. Variations in RBC and frozen plasma utilization rates across 62 Ontario community hospitals. Transfusion 2019 Feb 6; 59 (2); https://doi.org/10.1111/trf.15070
  2. Lin Y, Cserti-Gazdewich C, Lieberman L, Pendergrast J, Rammler W, Skinner I, Callum J. Improving transfusion practice with guidelines and prospective auditing by medical laboratory technologists. Transfusion 2016 Nov 7; 56(11); https://doi.org/10.1111/trf.13848
  3. Thakkar RN, Lee KH, Ness PM, Wintermeyer TL, Johnson DL, Liu E et al. Transfusion. Relative impact of a patient blood management program on utilization of all three major blood components. 2016 Sep; 56; http://doi.org/10.1111/trf.13718

Conserver les réserves de globules rouges de groupe O Rh négatif : quel est l’âge maternel maximal des femmes ontariennes?

Auteure : Allison Collins MD FRDPC, médecin coordonnatrice de projets cliniques, Réseau régional ontarien de conservation du sang

La demande de globules rouges de groupe O Rh négatif (O nég) est toujours supérieure aux réserves, entraînant un perpétuel état de pénurie. Même si 6 à 7 % de la population canadienne est de sang O négatif, on constate à la Société canadienne du sang (SCS) une plus grande proportion (10 %) de donneurs de ce groupe sanguin en raison des efforts constants de la Société pour les recruter et les retenir. Quant aux hôpitaux, ils demandent que 11,5 % de leur stock de globules rouges soient de groupe O négatif (Dr K. Webert, CBS Blood Brief, juin 2018, en ligne à www.blood.ca), ce qui impose un fardeau aux réserves limitées de sang O négatif au Canada.

 

Il faut donner des globules rouges de groupe O aux patients qui doivent recevoir une transfusion avant la détermination de leur groupe sanguin et de leur facteur Rh(D). En raison de la forte antigénicité de l’antigène Rh(D) et du risque éventuel de maladie hémolytique du fœtus et du nouveau-né, les filles et les femmes « en âge d’avoir des enfants » devraient recevoir des globules rouges O négatif en cas de transfusion urgente. Selon les recommandations en médecine transfusionnelle tirées des campagnes de Choosing Wisely® et Choisir avec soin Canada (www.choosingwisely.org et www.choosingwiselycanada.org) et du Comité consultatif national sur le sang et les produits sanguins (www.nacblood.ca), il faut réserver les globules rouges O négatif aux patients qui ont ce groupe sanguin et aux femmes en âge d’avoir des enfants dont le groupe sanguin est inconnu et qui ont un besoin urgent de globules rouges.

 

L’âge maternel maximal utilisé varie entre les hôpitaux ontariens. L’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) publie sur son site Web de l’information sur l’âge maternel des résidentes canadiennes, mais en regroupant toutes les femmes âgées de 40 ans ou plus (www.cihi.ca). Le RRoCS a communiqué avec l’ICIS pour demander des données plus pointues sur les femmes ontariennes âgées de 40 ans ou plus et de fournir un résultat pour chaque réseau local d’intégration des services de santé (RLISS). Les données obtenues pour les exercices financiers de 2013-2014 à 2017-2018 révèlent que 99,5 % des Ontariennes donnent naissance à leurs enfants au plus tard à l’âge de 44 ans. Les données classées par RLISS figurent au tableau qui suit. Cette donnée a été collectée par le RRoCS depuis 2007, et rien n’indique une nette tendance à la hausse de l’âge maternel.

Si votre hôpital se sert d’un âge maternel supérieur à 45 ans pour fixer la limite de la capacité de concevoir, nous vous invitons à consulter des données spécifiques pour voir si votre établissement diffère nettement de l’ensemble de votre RLISS. Si ce n’est pas le cas, vous voudrez peut-être revoir votre politique d’utilisation des globules rouges O négatif.

 

Il faut réserver les globules rouges de groupe O aux patients qui en ont réellement besoin. Vous trouverez sous l’onglet « Utilisation du sang » du site Web du RRoCS à www.transfusionontario.org le rapport détaillé et une série de diapositives sur le sujet.