mars 2018

Transfusion de globules rouges K négatif aux femmes en âge d’avoir des enfants Médecine transfusionnelle, ARLEO, campus de L’HO

Groupe de rédaction :
D. Neurath, gestionnaire, Médecine transfusionnelle, ARLEO, établissements de L’HO
M. Tokessy, technologue responsable, Médecine transfusionnelle, ALREO, Campus General de L’HO
H. Maddison, technologue médicale, Médecine transfusionnelle, ARLEO, Campus General de L’HO
N. Cober, technologue responsable, Médecine transfusionnelle, ARLEO, Campus Civic de L’HO
S. Love, technologue responsable, Médecine transfusionnelle, ARLEO, Campus General de L’HO
B. Ludington, technologue médicale, Médecine transfusionnelle, ARLEO, Campus General de L’HO

La recherche de compatibilité ABO et Rh(D) avant une transfusion de globules rouges est la norme; on veut ainsi assurer que la transfusion sanguine se fera sans danger et prévenir l’allo-immunisation à l’antigène D. Prévenir l’allo-immunisation est particulièrement important chez les femmes en âge d’avoir des enfants, puisque l’anti-D maternel est une cause connue de maladie hémolytique du fœtus et du nouveau-né. L’anti-K est aussi susceptible de provoquer cette maladie grave. Comme il n’existe aucune prophylaxie, rien ne permet de protéger les femmes enceintes d’une allo-immunisation anti-K. Même si la fréquence d’antigène K est faible, à seulement 9 %, sa nature antigénique en fait un producteur fréquent d’anticorps. L’allo-immunisation est surtout attribuée à la transfusion de globules rouges K positif. Le choix de globules rouges K négatif pour toute transfusion sanguine faite à une femme en âge d’avoir des enfants préviendra le développement d’anti-K dans cette population de patientes vulnérables.

 

Une évaluation a été faite pour déterminer s’il y avait dans le stock régulier un nombre suffisant d’unités de globules rouges K négatif pour répondre aux besoins de transfusion. On en a conclu qu’il avait vraiment dans les stocks existants assez d’unités de globules rouges à transfuser aux femmes en âge d’avoir des enfants.

 

Une vérification des antécédents transfusionnels de chaque patiente a été faite avant de procéder aux épreuves de compatibilité. Toutes les femmes âgées de moins de 45 ans répondent aux critères de transfusion de globules rouges K négatif pour prévenir l’allo-immunisation. Les stocks déjà en place peuvent servir sans qu’il faille faire une demande spéciale de sang K négatif à la Société canadienne du sang.

 

En mai 2017, nous avons mis en œuvre une procédure pour que toutes les femmes en âge d’avoir des enfants reçoivent des transfusions de globules rouges K négatif. Entre le 1er mai et le 31 décembre 2017, il y a eu 342 patientes dans cette catégorie; elles ont reçu 1906 unités de globules rouges par transfusion sanguine. Ces résultats comprennent des échanges transfusionnels drépanocytaires; au total, 35 patients ont eu besoin de 721 unités de globules rouges qui ont été demandés à la SCS pour procéder à des échanges. De plus, 13 patientes ont eu besoin de transfusions multiples d’entre 15 et 30 unités chacune. Le stock de globules rouges K négatif a été suffisant la plupart du temps, et un phénotypage interne a été fait seulement à l’épuisement des stocks. La seule exception à cette procédure est la transfusion massive en situation d’urgence.

 

Étant donné la gravité de la maladie hémolytique du fœtus et du nouveau-né résultant de l’anti-K et de la facilité à trouver des globules rouges K négatif, nous estimons qu’il faut agir de façon proactive pour tenter d’éliminer l’allo-immunisation anti-K résultant d’une transfusion dans la population des femmes en âge d’avoir des enfants. Le coût de cette pratique est minime, puisque les stocks contiennent surtout des globules rouges dont le type K est déterminé.

Ce qu’est le Réseau canadien de médecine transfusionnelle obstétrique et pédiatrique (RCMTOP)

Par :
Gwen Clarke MD, hématopathologiste, Société canadienne du sang, et
professeure clinicienne, département de Médecine de laboratoire et pathologie, Université de l’Alberta
Lani Lieberman MD, professeure adjointe, Université de Toronto, et spécialiste en médecine transfusionnelle, hôpitaux affilés au Réseau universitaire de santé
Denise Evanovitch, gestionnaire régionale, Sud-Ouest du Réseau régional ontarien de coordination du sang (RRoCS)

Le Réseau canadien de médecine transfusionnelle obstétrique et pédiatrique (RCMTOP) est un sous-comité de la Société canadienne de médecine transfusionnelle (SCMT) formé en 2017. Il regroupe des médecins, technologues et professionnels de la santé du Canada tout entier qui partagent bénévolement leur expertise en analyses, transfusions et soins obstétriques et néonataux. Le sous-comité a pour mandat l’évaluation, l’analyse et la mise en œuvre de pratiques transfusionnelles optimales en obstétrique et en pédiatrie au Canada. Le RRoCS a été invité à faire partie de ce réseau.

 

Les hôpitaux posent souvent aux membres du RCMTOP des questions sur l’obstétrique et la néonatologie. Bon nombre de ces questions ne sont pas abordées dans les normes transfusionnelles ou les critères d’agrément, notamment de la CSA, de la SCMT, de l’IQMH ou d’Agrément Canada. Il faut s’assurer d’avoir à la disposition des spécialistes pertinents des conseils sur les pratiques optimales pour ces groupes de patients au Canada.

 

Les objectifs du RCMTOP sont les suivants :

  • Sonder les pratiques relatives aux analyses de laboratoire et aux transfusions en pédiatrie et en obstétrique dans divers hôpitaux du Canada
  • Étudier la littérature portant sur les pratiques transfusionnelles optimales et partager les résultats avec les membres
  • Discuter de projets nationaux de recherche en médecine transfusionnelle obstétrique et pédiatrique; élaborer de tels projets
  • Rédiger des recommandations quant aux pratiques transfusionnelles optimales en pédiatrie et en obstétrique
  • Agir comme plateforme de discussion de cas pédiatriques ou obstétriques difficiles
  • Promouvoir le recours sécuritaire de produits sanguins en pédiatrie et en obstétrique

La première initiative à grande échelle du RCMTOP est un sondage pancanadien sur les pratiques d’analyses en obstétrique et en néonatologie. Le sondage sera distribué aux hôpitaux et aux autres laboratoires qui font ce genre d’analyses (entre autres, certains laboratoires de la Société canadienne du sang) et envoyé à des répondants de toutes les provinces et territoires. Le sondage vise à évaluer les pratiques courantes relatives aux épreuves de compatibilité ABO et Rh, au dépistage d’anticorps, à l’évaluation des hémorragies fœto-maternelles et à l’administration d’IgRh. Cette étude permettra de faire en quelque sorte une évaluation des besoins afin d’aider le RCMTOP à déterminer les conseils les plus utiles à élaborer en priorité.

 

Les membres du RCMTOP ont rédigé ce sondage à l’aide du logiciel LimeSurvey®; ils feront l’analyse des résultats et les partageront avec les hôpitaux et laboratoires participants. Le sondage couvre un vaste éventail de pratiques, donc il est assez long, mais il y a une logique intégrée aux questions, de sorte que tous les répondants n’auront pas à répondre à toutes les questions. Le sondage est divisé en sections, et le répondant peut arrêter en tout temps et sauvegarder ses réponses pour terminer plus tard le sondage. Il sera distribué au printemps 2018 et vous aurez six semaines pour y répondre. Nous aimerions que chaque hôpital ou laboratoire y réponde (au lieu de recevoir un seul sondage en provenance d’une région administrative de santé).

 

Nous vous incitons à prendre le temps de répondre à ce sondage, puisque le but ultime est de fournir des soins optimaux et normalisés en obstétrique et en pédiatrie à tous les patients du Canada. Nous anticipons avec plaisir votre participation. Ensemble, nous pouvons améliorer les soins aux patients du pays tout entier.