Bulletin de juin 2017

Comment interpréter la règle des « 60 minutes »?

Auteure : Yulia Lin, MD, FRCPC, spécialiste en médecine transfusionnelle, Centre des sciences de la santé Sunnybrook

J’ai écrit il y a six ans un article pour le bulletin de nouvelles du RRoCS qui portait sur la règle des « 30 minutes ». L’article se penchait sur l’alinéa 10.10.5 (c) de la norme CSA Z902-10 selon lequel « un composant sanguin qui a été retourné au Service transfusionnel ne sera pas remis en circulation à moins qu’un système fiable de suivi de la température indique que le sang ou le composant sanguin n’a pas atteint une température inacceptable depuis sa mise en circulation et, à défaut d’un système de suivi de la température, que le composant n’a pas été hors d’un milieu contrôlé pendant plus de 30 minutes (temps calculé par occasion et non cumulé) (traduction libre) ». L’article faisait état d’un sondage mené auprès de 110 hôpitaux ontariens (taux de réponse de 73 %) qui avait révélé les variantes de l’interprétation de la norme de la CSA : 45 % jetaient les unités de globules rouges en fonction du temps comme seul critère (30 minutes); 13 % jetaient les unités de globules rouges en fonction de la température comme seul critère (10 oC); 25 % exigeaient que les deux critères – temps et température – soient respectés; 13 % jetaient les unités de globules rouges mis en circulation, sans égard à leur température ou au temps qu’ils avaient passé à l’extérieur de la banque de sang. En 2009, 33 hôpitaux ontariens ont signalé avoir jeté 457 unités de globules rouges parce qu’elles ne respectaient pas cette norme.

 

Je suis ravie de vous dire en quoi les choses ont changé depuis 6 ans! En raison des répercussions de cette norme, la Dre Sandra Ramirez-Arcos de la Société canadienne du sang a mené de nombreuses études et prouvé ceci : les unités de globules rouges qui ont séjourné hors d’un milieu à température contrôlée pendant 60 minutes à répétition étaient d’aussi bonne qualité et aussi exemptes de contamination bactérienne que les unités de globules rouges qui avaient séjourné hors d’un milieu à température contrôlée pendant 30 minutes à répétition1,2. La température moyenne atteinte après 60 minutes a été de 14,2 oC ± 0,2 oC. Des chercheurs d’Héma-Québec, Marie-Joëlle de Grandmont et le Dr Louis Thibault, ont mené des études semblables et sont arrivés à des résultats comparables3. À la lumière de ces résultats de chercheurs canadiens, la norme CSA Z902-15 a été mise à jour et mentionne maintenant 60 minutes et non 30.

 

Comment allons-nous appliquer ce changement à notre pratique de gestion des stocks de sang? La norme CSA Z902-15 ne précise pas en fait qu’il faut prendre la température d’une unité de globules rouges à son retour à la banque de sang. Bien des banques de sang ont interprété cette disposition comme voulant dire qu’une unité de globules rouges qui revient après avoir passé au plus 60 minutes dans une aire clinique peut être remise en stock. Quelques établissements continuent à prendre la température des unités qui leur sont rapportées; les établissements accrédités par l’American Association of Blood Banks (AABB) sont obligés de le faire. À notre centre, voici ce que nous avons décidé : la température d’une unité de globule rouge qui revient à la banque de sang d’une aire clinique dans les 60 minutes suivant sa mise en circulation ne doit pas dépasser 14 oC. Cette mesure reflète les données des études menées au Canada par Ramirez-Arcos et de Grandmont1-3. Les établissements canadiens accrédités par l’American Association of Blood Banks ont aussi eu droit à une dérogation de la norme 5.26 de l’AABB émise par le comité des programmes de normes de cette association.

 

Bien sûr, l’idéal c’est d’éviter que les unités de globules rouges reviennent des étages. C’est pourquoi je termine mon article comme je l’avais fait il y a 6 ans, en vous donnant le même conseil : pour prévenir les retours des globules rouges, assurons-nous que le patient est au courant de la transfusion et prêt à la recevoir, que la demande de transfusion est correcte, que le formulaire de consentement est bien signé et que la perfusion IV du patient est installée avant l’arrivée du sang à l’étage. Bon changement de norme!

 

Remarque de la rédaction
Les produits sanguins tels que l’albumine, l’IgIV, l’IgRH, etc. peuvent aussi être remis en stocks à condition que le produit n’ait pas été hors d’un milieu contrôlé plus longtemps que la durée recommandée par le fabricant.

 

Références :

  1. Ramirez-Arcos S, Perkins H, Kou Y, Mastronardi C, Kumaran D, Taha M, Yi QL, McLaughlin N, Kahwash E, Lin Y, Acker J. Bacterial growth in red blood cell units exposed to uncontrolled temperatures: challenging the 30-minute rule. Vox Sang 2013; 105 : 100-7.
  2. Ramirez-Arcos S, Kou Y, Ducas E, Thibault L. Changing the 30-min Rule in Canada: The Effect of Room Temperature on Bacterial Growth in Red Blood Cells. Transfus Med Hemother 2016; 43 : 396-9.
  3. de Grandmont MJ, Ducas E, Girard M, Methot M, Brien M, Thibault L. Quality and safety of red blood cells stored in two additive solutions subjected to multiple room temperature exposures. Vox Sang 2014; 107 : 239-46.

 

Indicateurs de qualité du Plan d’amélioration de la qualité des transfusions en Ontario : où en êtes-vous?

Auteure : Allison Collins MD FRCPC, Médecin coordonnatrice clinique du RRoCS

Le Plan d’amélioration de la qualité des transfusions (PAQT) en Ontario a été lancé en avril 2016. La trousse d’accompagnement du plan comprend un guide, un document d’information sur l’amélioration de la qualité, des recommandations d’utilisation des composants sanguins chez l’adulte, des modèles de demande de sang pour adultes hospitalisés, un modèle de procédure normalisée de tri des demandes de globules rouges destiné aux technologues de banque de sang, une présentation éducative sur le tri des demandes de globules rouges (avec études de cas) et un outil de suivi des résultats d’audit. Les deux indicateurs de qualité du PAQT en Ontario sont : 1) le pourcentage de demandes de globules rouges lorsque le taux d’hémoglobine prétransfusionnelle est inférieur à 80 g/L et 2) le pourcentage de transfusions d’une unité simple de globules rouges (une unité à la fois). La cible pour chacun de ces indicateurs est de 80 %, en fonction des résultats de l’audit de 2013 du RRoCS sur les globules rouges. Pour plus d’information, y compris des suggestions pour conduire facilement un audit, consulter le site Web du RRoCS à www.transfusionontario.org et cliquer sur l’onglet Plan d’amélioration de la qualité.

 

Lorsque je me déplace dans la province pour faire des présentations éducatives sur les transfusions sanguines, je demande aux hôpitaux de me transmettre les données qu’ils ont colligées au sujet des deux indicateurs mentionnés ci-dessus. Ce n’est pas tout à fait scientifique, parce que les hôpitaux peuvent évaluer des populations de patients légèrement différentes, mais cela peut être utile pendant cette période initiale de mise en œuvre du PAQT, car cela permet aux hôpitaux de se comparer entre eux. Toutes les données sont présentées sans identifier aucun établissement. Ces renseignements ont vivement intéressé les auditoires auxquels je m’adresse, dont certains qui ne sont pas très familiers du PAQT ou de leurs propres données. Voici ce que j’ai colligé jusqu’à maintenant :

Remarques sur les graphiques :

  1. Sur les deux graphiques, les données de 2013 proviennent de l’audit du RRoCS sur les globules rouges.
  2. Deux hôpitaux figurent plus d’une fois dans chaque graphique, car ils ont effectué de multiples audits au fil du temps.
  3. Les hôpitaux possèdent des données sur un des deux indicateurs ou sur les deux.
  4. Tous les établissements sauf deux sont des hôpitaux communautaires.

Les graphiques semblent indiquer que des seuils restrictifs à la transfusion sont de plus en plus utilisés, alors que la transfusion d’unités simples varie beaucoup. L’adoption d’une politique de transfusion d’unités simples s’est révélée capable de réduire davantage l’utilisation de globules rouges que le respect d’un seuil restrictif d’hémoglobine prétransfusionnelle1.

 

Tous les hôpitaux sont invités à adapter le PAQT en Ontario à leur propre utilisation et/ou à soumettre leurs données quant aux indicateurs au RRoCS, en se servant de l’outil de suivi de la trousse du Plan. Nous aurons alors des données plus solides à vous montrer et nous pourrons suivre l’évolution du rendement à l’échelle provinciale. Le PAQT en Ontario pourrait aussi servir à améliorer le rendement des transfusions d’autres composants sanguins, comme le plasma.

 

Références :

  1. Yang WW et al. Single-unit transfusions and hemoglobin trigger: relative impact on red cell utilization. Transfusion 2017;57:1163

 

Quoi de neuf au RRoCS

Le RRoCS s’efforce d’améliorer la sécurité des patients et de normaliser les meilleures pratiques de médecine transfusionnelles en mettant régulièrement des ressources éducatives à la disposition des personnes intéressées de l’Ontario. Voici des documents nouveaux ou mis à jour qui se trouvent sur le site transfusionontario.org.

Un nouvel outil en ligne permet de sauvegarder les indicateurs d’amélioration de la qualité (IQ) des globules rouges. Ces indicateurs sont le pourcentage de taux d’hémoglobine prétransfusionnel < 80 g/L et le pourcentage de transfusions d’unités simples. L’Outil se trouve dans l’application des outils en ligne du RRoCS.

Le RRoCS veut aussi sensibiliser les parties prenantes aux exigences d’accréditation en médecine transfusionnelle et reste à l’affût de tout besoin qui pourrait se manifester; le Réseau continuera à fournir des ressources aux hôpitaux ontariens pour les aider à satisfaire à ces exigences d’accréditation. Les questions d’évaluation des technologues (Bloody Easy Tech Assessments 2016) se trouvent maintenant parmi les outils en ligne à transfusionontario.org.

 

Première utilisation de nos en outils en ligne?  
Contactez votre bureau régional pour mettre en place un administrateur de site.

 

  

Il y a dans votre hôpital une initiative d’amélioration de la qualité ou d’utilisation en médecine transfusionnelle qui devrait figurer dans Le rapport RRoCS? Nous voulons le savoir! Contactez-nous à transfusionontario.org ou parlez-en à votre bureau régional.

Posted in What's New